LES RENCONTRES

 

ACCUEIL

LA BIOGRAPHIE

LA COUPOLE

LES PEINTURES

LES RENCONTRES

LE CATALOGUE RAISONNE

LES CONTACTS

LE PLAN D'ACCES

 

 MUSéE COUPOLE FIGAS

 

 

Quatrième visite : été 2008

 

FIGAS OU LA SYMBIOSE CHROMATIQUE UNIVERSELLE

 

 

La magie visuelle que délivre le pinceau de Figas trouve son apothéose dans le mystère d’OUTRE-MONDE, ce jumeau inversé de la coupole représentant les limbes ultimes de l’œuvre que l’artiste visionnaire poursuit depuis des décennies. Au sein de cet hémisphère supérieur, une sorte de processus fusionnel se crée, déroulant ses spirales. Le spectre lumineux s’y transfigure en des linéaments de création cosmique.

 

Une dimension fulgurante

 

OUTRE-MONDE, face externe, obscure, de la coupole, se présente sous la forme d’un maelström sidéral d’énergie, latente à la base, puis à la croissance exponentielle. Une série d’espaces imbriqués dont les structures s’affinent tout en progressant vers un pôle invisible. Un tournoiement vertigineux évoquant des dimensions enchevêtrées et incandescentes qui se perdent dans un horizon-sommet énigmatique. Une superposition de torsades génératrices d’un mouvement ascensionnel qui contient toute une genèse où le magma primitif se métamorphose selon les principes mathématiques pré-existants. Une élévation vers un stade supérieur où les nébuleuses innombrables de la création donnent naissance à la lumière. Un état d’envol perpétuel qui force le regard à voyager vers les hautes strates de l’inconnu. Enfin, une sensation générale de potentialisation des phénomènes les plus secrets du spectre lumineux.

 

Une spectralité universelle

 

Cette fresque dynamique est la suprême occasion pour Figas de décomposer, d’analyser et de survitaliser l’énergie lumineuse qui flamboie tout au long de son œuvre. En une symphonie photonique complexe, les espaces sont la trame d’une sorte de maturation spectrale. Ce qui s’exhale des éléments comme par un processus cosmique, c’est à la fois la multiplicité et la fusion de tous les rayonnements lumineux. Selon le principe de l’arc-en-ciel, les faisceaux de couleur s’interpénètrent en un fondu si insaisissable que le regard n’en peut fixer la transition. Cette démarche fascinante déclenche une activation des facultés visuelles, comme si les bouillonnements et les phosphorescences ajoutaient à la puissance giratoire qui les anime le pouvoir de suggestion, l’attente de voir surgir du spectre optique de nouvelles luminescences que le cerveau ne parvenait pas jusqu’alors à conceptualiser tant la nature est mystérieuse à nos sens limités. Cette technique place chaque élément du spectre dans un état  de résonance avec les autres selon une extraordinaire symbiose chromatique qui crée un envoûtement visuel à la portée extra-sensoriellle.

 

Un anti-univers allégorique

 

Figas, par la vision transcendante du champ-monde inversé à l’envergure sub-spectrale, impose la démonstration magistrale de son art pictural. Le concept de l’irrationnel y est symbolisé par un tourbillon astral, un apogée transfigurant les dimensions inférieures des mondes perceptibles. Cette suprême allégorie exprime l’évanescence d’une réalité vers le stade d’un infini immatériel où l’esprit et la logique s’affranchissent des lois élémentaires et immanentes pour se dissoudre dans les sphères indéfinissables de l’incréé.

 

Christian DELAYRE

 

ACCUEIL

LA BIOGRAPHIE

LA COUPOLE

LES PEINTURES

LES RENCONTRES

LE CATALOGUE RAISONNE

LES CONTACTS

LE PLAN D'ACCES

 

Tous droits de reproductions et d’adaptations réservés pour tous les pays.